Le métier de Boucher, quand la viande d’élevage finit sur les étals

Qui n’a jamais salivé en passant devant les étals de viandes de son boucher du coin ? Véritables artisans du savoir-faire français, le boucher ou le charcutier ont pour mission de traiter la viande d’élevage avant qu’elle ne soit consommée. Si pour certains, l’activité de ce métier s’apparente à du simple découpage de pièces de viande, leur quotidien en est tout autre. 

Il faut savoir que cette profession réclame une certaine minutie, notamment acquise grâce à une formation spécifique. Ce métier multifacettes se transmet de génération en génération avec toujours la même ambition : combler les carnivores dans la qualité. Il est intéressant de mettre en lumière ce métier artisanal par excellence, du choix des études à l’exercice de la profession.  

Fiche métier gastronomie - le boucher / charcutier-1

Boucher : un métier diversifié au service de la viande

Non, un boucher ne fait pas que découper de la viande ! Tout d’abord, la mission du boucher est de s’occuper de l’achat de la viande chez un grossiste ou un abattoir. Une fois qu’il a récupéré sa viande, le boucher doit la transporter puis la stocker dans sa chambre froide. La préparation de son étal nécessite enfin d’être réalisée ; les pièces issues de l’élevage sont ainsi désossées, découpées et dénervées. Enfin, pour que le client ait envie d’acheter ce qui ornera sa poêle ou son barbecue, le boucher doit composer avec soin sa vitrine de façon à valoriser chacun de ses produits. Et évidemment, l’ensemble de ces actions précédant la vente doit être accompli selon les normes strictes d’hygiène de restauration.

Mais une autre casquette est tout aussi importante lorsque l’on souhaite exercer : la gestion de son activité professionnelle. En effet, le boucher doit maîtriser les facteurs inhérents à la vente et à l’achat même de sa marchandise. Dans ce sens, le négoce des prix auprès de son fournisseur doit être opéré de façon intelligente. Vis-à-vis de ses clients, le boucher doit être à l’aise pour les accueillir chaleureusement, tout en les conseillant le plus finement possible. La notion de fidélité est extrêmement importante lorsque l’on travaille dans l’artisanat, le bouche-à-oreille étant le premier maillon de la chaîne de la réputation. 

Comment exercer le métier de boucher ? 

Venons-en à la question qui intéresse tous les bouchers en devenir : quelles formations réaliser ? À l’instar de chaque métier, celui de boucher est possible grâce à plusieurs études variées. Car, hélas, oui, la passion ne suffit pas pour être boucher. Les études ne sont pas longues, la pratique étant l’essence même de la formation. 

Du CAP au Bac pro en passant par le BTS, plusieurs formations sont donc envisageables. La meilleure des solutions est d’obtenir son CAP boucher et charcutier-traiteur. Une fois ce diplôme en poche, il est possible de poursuivre ses études par des formations d’une durée de deux ans. Celles-ci sont proposées par le CMA, soit la Chambre de Métiers et de l’Artisanat. La formation arrivant à sa conclusion, l’étudiant est alors honoré d’un CTM, soit le Certificat Technique des Métiers de boucher. 

Après le CAP, il est également possible à l’élève de se munir d’une mention complémentaire en qualité d’employé traiteur. Une seule année suffira pour posséder ce titre. Autre alternative, l’obtention d’un Brevet Professionnel en boucherie après deux années de formation. Ce brevet s’obtient à la suite du CAP ou du Bac pro. Il est toutefois recommandé d’acquérir un Brevet de Maîtrise, un BTS ou un Bac pro de boucher, charcutier et traiteur. 

Il faut savoir qu’un boucher confirmé a l’opportunité d’évoluer dans plusieurs types de structures. Si la plupart des bouchers exercent leur activité professionnelle dans une boucherie, plusieurs d’entre eux peuvent occuper aussi un stand dans les supermarchés, les marchés, les foires ou dans tout autre lieu où ils sont à même de proposer leurs services aux consommateurs. 

Fiche métier gastronomie - le boucher / charcutier-2

Quelles sont les qualités requises pour devenir boucher ? 

Si la formation est primordiale pour acquérir les notions relatives au métier de boucher, le caractère du concerné est tout aussi essentiel. Le boucher travaille quotidiennement avec des produits frais et périssables. Il est ainsi impératif qu’il soit vigilant et rigoureux dans les normes d’hygiène de restauration à respecter. Il est responsable de la santé de ses clients, aucune erreur n’est à tolérer. Ses outils de travail doivent également être entretenus avec précaution. Les notions de découpe de viande d’élevage s’apprennent au moment de la formation, mais il faut être tout de même de nature habile

Un boucher doit être en bonne forme physique. En effet, il est sans cesse dans l’effort et son rythme de travail peut rapidement être effréné. Mais le boucher est aussi quelqu’un à l’aise avec la gestion d’une entreprise. Eh oui, pour qu’une entreprise fonctionne, un boucher aura forcément besoin de mettre son nez dans les chiffres de son activité professionnelle, mais aussi dans sa gestion logistique voire de ressources humaines. Les phobiques de l’administratif et du commerce seront vite perdus dans leur boucherie s’ils ne maîtrisent pas cet aspect. Enfin, étant en contact direct avec sa clientèle, un boucher qui réussit est un boucher à l’écoute, aimable et accueillant. Ces notions ne s’apprennent pas et font pleinement partie de la nature de chacun. 

Nous vous recommandons ces autres pages :

Je consens à la  politique de confidentialité.

Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour.
Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé.
L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, consommez avec modération.

colissimo logo laposte

Moyens de paiement acceptés :

colissimo logo laposte
Copyright © 2018 Comevents - Tous droits réservés